Quels seront les services publics de demain ?

au jour le jour, société, numériqueLe mercredi 29 mai 2019

Les évolutions technologiques et des modes de vie appellent les services publics locaux à adapter leurs fonctionnements. En Isère par exemple, le déplacement de la trésorerie de Rives et la fermeture en discussion des guichets des gares de Moirans et Rives, en concertation avec les élus locaux qui sont associés à ces décisions en amont, sont les témoins de cette transformation du service public devenue nécessaire pour s’adapter aux nouveaux usages des utilisateurs, tout en prenant en compte tous les types d’utilisateurs, des plus connectés aux plus éloignés des nouvelles technologies.

Que ce soit par la dématérialisation croissante de l’achat des billets de train ou celle des procédés de paiement des impôts, la présence au niveau local de ces services doit être repensée, modernisée afin de fournir un maillage plus adapté aux nouveaux espaces, géographiques et virtuels, qui organisent notre territoire.

Pour autant, il n’est évidemment pas question de se tourner vers un modèle totalement dématérialisé : les solutions apportées restent attachées à une présence des représentants du service public sur le territoire, en des lieux adaptés aux nouveaux modes de vie et de mobilité. En témoigne notamment la volonté du gouvernement de créer une « maison France service », qui regrouperait des services de l’État et des collectivités locales ainsi que des opérateurs, sur chaque canton du territoire avant la fin du quinquennat. Il s’agit d’adapter au mieux la présence des services publics avec une logique de guichet unique. Chacun pourra venir avec ses demandes en un seul lieu pour éviter tous déplacements inutiles.

L’enjeu est celui de la meilleure exploitation possible des moyens mis à disposition de ces structures, garantes du bon fonctionnement de notre pays, afin de les rendre durables et accessibles au plus grand nombre. Il en va de la préservation des services publics.