Qu’est-ce que le Pacte de Marrakech ?

société, europe, immigrationLe lundi 21 janvier 2019

Le Pacte de Marrakech est le fruit d’une démarche publique engagée depuis deux ans, au cours de laquelle sont intervenus tous les acteurs qui le souhaitaient.

Il vise à renforcer la coopération entre les États en vue de :

  • améliorer les conditions de vie dans les pays d’origine ;
  • alléger la pression qui pèse sur les pays d’accueil ;
  • renforcer l’autonomie des réfugiés ;
  • améliorer leur accès à des solutions dans les pays tiers.


Contrairement à de fausses informations relayées sur des réseaux sociaux, le Pacte de Marrakech n’a pas de valeur juridique contraignante. Il s’agit d’un recueil de bonnes pratiques dont les Etats sont encouragés à s’inspirer. Leur souveraineté, notamment concernant les conditions d’entrée et de séjour des étrangers, est au contraire réaffirmée et même élevée au rang de « principe directeur » du texte dans son préambule.

Le Pacte n’ouvre aucun « droit à la migration », ne prescrit aucun objectif d’augmentation du nombre de migrants et ne crée pas de nouveaux droits pour les migrants.

Il vise en revanche à renforcer la protection de droits existants – garantis dans des textes tels que la Déclaration universelle des droits de l’Homme, qui ne sont pas toujours correctement appliqués –, mais également à décourager l’immigration irrégulière.

La politique de la France en matière d’immigration s’articule autour de deux grands principes : l’humanité et la fermeté. L’adoption de la loi du 10 septembre 2018 pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie en est un exemple récent.

Les défis tels que les migrations ou le dérèglement climatique ne peuvent être relevés par des États isolés et appellent nécessairement des réponses mondiales. C’est l’objet de ce Pacte, lequel consacre un principe de responsabilité partagée entre tous les signataires.