Signaler à la Ministre de la Justice les conditions de détention à la Maison d’arrêt Grenoble Varces

société, prison, 5 chantiers de la justiceLe mardi 30 octobre 2018

L’Observatoire international des prisons (OIP) a récemment publié un communiqué de presse au sujet des conditions de détention au sein de la Maison d’arrêt Grenoble-Varces.

M’étant rendue sur place suite aux agressions de deux surveillants du centre pénitentiaire en janvier 2018, j’ai pu moi-même constater l’existence de dysfonctionnements importants. En effet, le sous-effectif chronique du personnel combiné au sureffectif de détenus entraine des situations préjudiciables à tous, malgré la grande qualité des professionnels.

Par ailleurs, le quartier disciplinaire et la cour de promenade demeurent non-conformes aux normes en vigueur. L’état de vétusté avancé est pourtant unanimement dénoncé depuis de nombreuses années.

Deux recours contentieux engagés par des détenus de la prison sont actuellement en cours d’examen, l’un devant le Tribunal administratif de Grenoble et l’autre devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Les juges auront à se prononcer sur des allégations fondées sur l’atteinte à la dignité ainsi que sur le caractère inhumain et dégradant des conditions de détention.

Si la détention est impérative et nécessaire dans certains cas et pour certaines peines, les mesures privatives de liberté alternatives doivent être développées pour que les conditions de vie des détenus s’améliorent en même temps que les conditions de travail des agents.

Connaissant la préoccupation constante de Madame Nicole BELLOUBET, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, à l’égard du sens et de l’efficacité de la peine – l’un des 5 chantiers de la Justice (https://www.gouvernement.fr/action/les-cinq-chantiers-de-la-justice) – j’ai souhaité lui présenter mes observations afin d’alimenter nos travaux menés en la matière.

Pour de plus amples informations