Difficultés du monde de la pédopsychiatrie

psychiatrie, santé des enfantsLe lundi 28 juin 2021

J’ai saisi le ministre de la santé sur les problèmes rencontrés par les centres médicaux-psychologiques (CMP) pour enfants et par le monde de la pédopsychiatrie dans son ensemble.
Déjà en difficultés avant la crise sanitaire liée à la Covid-19, ces structures qui accueillent les enfants et adolescents en souffrance psychologique, se retrouvent aujourd’hui démunis et sont complètement saturées.
Pour exemple, il y a deux ans d'attente au CMP pour enfants et adolescents de la ville de Tullins, en Isère.
C’est l’ensemble des structures pouvant accueillir, soigner, aider les enfants en souffrances psychologiques qui est saturé : urgences psychiatriques, hôpital de jour, points d'écoute psychologiques, etc.
Le bilan était déjà catastrophique avant la crise sanitaire : le nombre de pédopsychiatres a été divisé par deux entre 2007 et 2016 et la France est le pays européen qui a la plus faible offre de soins sur ce point. Plusieurs universités de médecine n’ont aucun professeur de psychiatrie de l’enfant. Les professionnels sont donc particulièrement inquiets.
Face cet enjeu majeur de santé publique, je lui ai donc demandé ce que le Gouvernement comptait concrètement mettre en œuvre afin d’y remédier rapidement.