Plan de relance européen

budget, europe, coronavirusLe mardi 28 juillet 2020

Au terme d’un sommet de 4 jours et 4 nuits, les 27 États membres se sont mis d’accord, le 21 juillet dernier, sur la nécessité d’un plan de relance européen historique.

Basé pour la première fois sur une dette commune, ce plan marque la naissance d'une nouvelle Europe.

Fruit d'un travail de 3 années entre la France et l'Allemagne, le plan d'un montant de 750 milliards d'euros, a été approuvé après d'intenses négociations, au cours desquelles la France a eu un rôle prépondérant.

Ce fonds de relance permettra, en plus de la sauvegarde des emplois, d’accélérer la transformation de nos sociétés en investissant massivement dans la transition verte, la jeunesse et la modernisation de notre système de santé.

Fort de 750 milliards d’euros, le plan comporte :

  • 390 milliards, en majeure partie pour assurer aux pays les plus touchés d’être financés pour leur plan de relance national ;
  • 40 milliards pour la France.

Tout veto a été écarté ; et un État membre pourra donc saisir le Conseil européen en cas de difficultés, sans bloquer le processus de mise en œuvre du plan.

L’exigence d’une cible de 30% de dépenses climatiques dans le budget et le plan de relance, portée par la France, a été intégrée à la proposition afin que les plans de relance des États membres incluent des mesures compatibles avec les objectifs de transition écologique et s’engagent à ne pas financer des dépenses qui ont un impact néfaste pour le climat.

Au niveau du budget européen, rien n’a été baissé par rapport au cadre pluriannuel actuel et la France a sécurisé la totalité du montant alloué à la Politique Agricole Commune (PAC), politique prioritaire pour la souveraineté alimentaire et climatique.