Prévention des suicides dans le monde agricole

agriculteurs, prévention des suicidesLe jeudi 24 juin 2021

J’avais de nouveau saisi le ministre de l'agriculture sur la politique de prévention des suicides dans le monde agricole.

Le député Olivier Damaisin a en effet, remis un rapport sur ce sujet au Premier ministre : « Identification et accompagnement des agriculteurs en difficulté et prévention du suicide ».

Il y fait 29 recommandations, autour de 7 axes :

  • identifier les agriculteurs en difficulté, maintenir le lien et les orienter vers des ressources dédiées ;
  • mobiliser et former les sentinelles ;
  • coordonner les acteurs de la prévention ;
  • accompagner les agriculteurs en difficulté ;
  • accompagner les jeunes agriculteurs au cours du projet d'installation ;
  • communiquer de façon positive sur l'agriculture auprès du public ;
  • et financer.

Je lui avais donc demandé les suites qui seraient données à ce rapport.

Dans sa réponse le ministre me précise que suite à ce rapport, avce le ministre des solidarités et de la santé et le secrétaire d'État chargé de la santé au travail, ils vont, en étroite relation avec les élus locaux, les acteurs professionnels et associatifs, traduire ces propositions dans un plan d'action opérationnel au plus près des agriculteurs et des salariés agricoles.

Ils ont confié à cet effet, le 26 janvier 2021, une mission d'appui des services de l'État et de coordination au conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux.

Ce plan d'action prendra également en compte les 63 recommandations formulées par la commission des affaires économiques du Sénat, sur les moyens mis en œuvre par l'État en matière de prévention d'identification et d'accompagnement des agriculteurs en situation de détresse.

Le Gouvernement sera particulièrement attentif à ce que les actions de ce plan soient directement opérationnelles, prennent pleinement en compte la dimension humaine et engagent les acteurs de la prévention à être plus proactifs dans la détection des situations de détresse.

Certaines actions sont d'ores et déjà engagées via la feuille de route santé mentale et psychiatrie, pilotée par le ministère des solidarités et de la santé qui porte la stratégie nationale de prévention du suicide et les projets territoriaux de santé mentale et via le plan santé au travail piloté par le secrétariat d'État chargé des retraites et de la santé au travail.

Le ministère de la justice s'est également engagé à renforcer l'accueil et l'accompagnement des personnes, dirigeants d'entreprises ou exploitants agricoles en difficulté, par les tribunaux en amont de l'ouverture des procédures préventives ou collectives de traitement des difficultés.

L'ambition est de finaliser le plan d'action rapidement.