Prison de Grenoble-Varces : améliorer les conditions de détention et de travail

prisonLe mardi 19 février 2019

Lors de la séance de questions orales sans débat du 19 février 2019, j’ai interrogé la Garde des Sceaux sur l’état de vétusté de la prison de Varces, la surpopulation carcérale, le sous-effectif chronique du personnel ainsi que la formation et la spécialisation des greffes en particulier.

En effet, l’Observatoire international des prisons (OIP) a récemment publié un communiqué au sujet des conditions de détention dans cette maison d’arrêt et la détérioration des conditions matérielles y est dénoncée depuis de nombreuses années, malgré la réalisation d’importants travaux.

Je me suis rendue sur place, en janvier 2018, suite aux agressions de deux surveillants du centre et j’ai effectivement pu y constater l’existence de dysfonctionnements importants.

Dans le cadre du « Plan Prison », une structure d'accompagnement vers la sortie (SAS) de 120 places est prévue. Ce serait une solution efficace pour faire baisser la surpopulation du site et adapter le régime de détention aux différents profils.

Cependant, aucun foncier ne serait à ce jour disponible à Grenoble pour accueillir ce projet.

J’ai donc demandé à la Ministre quelles solutions pourraient être apportées afin de trouver un terrain adéquat et dans quelle mesure il était possible d’améliorer concrètement à la fois les conditions de détention et les conditions de travail des personnels, en particuliers des greffes, dont le statut d’agents administratifs rend impossible la récupération ou le paiement des heures supplémentaires.

Dans sa réponse, elle a confirmé ces constats alarmants et les efforts mis en place, en conséquence, par le Gouvernement pour y remédier, notamment par l’exécution de travaux réguliers et en renforçant les capacités d’entretien (en impliquant les prisonniers eux-mêmes avec la formation de peintres par exemple). Quant au terrain SAS, la Ministre a indiqué que des concertations sont prévues pour trouver des solutions avec les services de l’État et les élus locaux.

J’attends des éléments complémentaires concernant les personnels des greffes.

Je resterai mobilisée pour que des solutions pérennes soient trouvées.

Voir la question et sa réponse