Biographie

Mon parcours

 

 

 

Elodie Jacquier Laforge

Née à Grenoble en 1978, j’ai passé toute mon enfance à Voiron entre l’école des Oiseaux, Notre-Dame des Victoires, les cours de danse au Polychrome et mes étés au bord du lac de Paladru, dans la maison de famille.

Après avoir passé mon bac à Voiron, je me suis inscrite en fac de droit à Paris. Un parcours classique pour ma génération pour qui, études supérieures riment de plus en plus avec mobilité géographique.

Mon DEA de Science Politique obtenu, je suis entrée dans la vie professionnelle en devenant collaboratrice parlementaire, de Jacqueline Gourault, alors sénatrice du Loir-et-Cher et vice-présidente du Sénat, aujourd’hui, ministre auprès du ministre d’État, ministre de l’intérieur.

Durant ces années auprès d’elle, j’ai appris passionnément le travail législatif et me suis forgée une belle expérience sur les arcanes, souvent complexes, de l’élaboration de la loi en lien avec les rouages de l’administration d’État que je connais bien. Une expérience qui m’est aujourd’hui particulièrement utile dans ma fonction de députée.

Après 12 années passées dans cette fonction, j’ai aspiré à découvrir d’autres horizons professionnels. Ainsi pendant 18 mois, je me suis investie dans ma fonction de déléguée générale de la Fédération des Entreprises de Crèches que j’ai quittée dès mon élection.

Candidate de la majorité présidentielle aux élections législatives de juin 2017, j’ai choisi pour suppléant Jean-Yves Balestas, avocat, ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats de Grenoble, adjoint au maire de Saint-Marcellin depuis 1995, avec qui je travaille aujourd’hui en relation étroite.

Élue pour un mandat de 5 ans le 18 juin 2017 avec 60,25 % des suffrages, je suis membre du groupe parlementaire Mouvement démocrate et apparentés (Modem). Je siège à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République et dans diverses commissions spéciales. Je suis également rapporteure pour avis sur le budget "Asile, Immigration, Intégration". Par ailleurs, je fais partie du groupe d’amitié France / Royaume-Uni.

Au terme de semaines denses, partagées entre Paris et la circonscription, je tiens à me ménager un temps pour me retrouver en famille avec mon compagnon et nos deux garçons. Ce sont des moments importants à mon équilibre de vie, qui me permettent de me ressourcer et de puiser l’énergie nécessaire pour aller de l’avant.

Suppléant Jean-Yves Balestas

62 ans, avocat inscrit au barreau de Grenoble depuis 1982, ancien Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Grenoble, adjoint au maire de Saint-Marcellin depuis mars 1995. conseiller communautaire de Saint-Marcellin Vercors Isère communauté, membre du conseil d’administration de la société HLM Actis, fondateur et ancien membre de l’association APETHI, président de l’association d’insertion Arepi l’Etape, président de la commission paritaire COMED.

Avec Élodie, je partage cette passion pour le droit et la justice, qui m’a conduit au métier d’avocat. J’exerce entre Grenoble et Saint-Marcellin, commune qui m’a vu naître et grandir.

Comme Élodie, j’ai chevillée en moi cette fibre profondément humaniste, qui m’a toujours guidé vers l’autre et plus particulièrement vers celles et ceux d’entre nous, victimes d’accidents de la vie ou connaissant de sérieuses difficultés d’existence.

Président de l’association d'insertion “Arepi l’Étape”, aux côtés d'une petite centaine de collaborateurs, je suis mobilisé sur la mise en œuvre de dispositifs d’accompagnement social en lien avec des mesures judiciaires et pénales.

Très sensible au fléau du mal logement, véritable machine à broyer des familles et à fabriquer de l’exclusion, je me suis investi dans cette cause. Ceci m’a valu d’être nommé par le préfet de l’Isère, président de la commission de médiation du DALO (Droit au Logement Opposable).
Je pilote également le dispositif d’hébergement d’urgence hivernal sur les agglomérations de Grenoble et de Voiron.

Homme de gauche, je suis fortement impliqué dans la vie locale aux côtés de Jean-Michel Revol, maire de Saint-Marcellin. Adjoint en charge des travaux, de l’urbanisme et de l’Agenda 21, mais aussi conseiller communautaire de la toute nouvelle intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère, je m’attache à porter des projets utiles pour les habitants de nos territoires. A ce titre, je suis avec attention le déroulé de plusieurs dossiers locaux dont le feuilleton juridico-administratif de la pollution de l'Isère à Saint Just de Claix par Lactalis, la venue d'un appareil scanner pour compléter l'offre médicale sur Saint Marcellin, les projets de revitalisation du cœur de ville de Saint Marcellin, la poursuite des travaux conduits par des nuciculteurs pour trouver un traitement adouci des noyeraies par la société SeNuRa, la création d'un pôle de formation et d’hébergement pour des jeunes sur le Pays de Saint Marcellin.

Mes expériences m’ont convaincu que pour être forte, l’action publique doit pouvoir se défaire des clivages partisans inhibants.

Partageant cette convition avec Elodie et souhaitant participer aux reformes nécessaires à la transformation de l’organisation sociale et judiciaire de mon pays, j’ai souhaité m’engager à ses côtés.

Je m’emploie à aller à la rencontre des élus, des associations, des industriels, des artisans, des agriculteurs, des commerçants, et plus globalement de tous mes compatriotes, sur une zone géographique étendue, allant de Voiron au Vercors, en passant par Saint-Marcellin.

Grâce à ces rencontres, et en m’appuyant sur l’expérience que j’ai pu glaner au gré de mon parcours professionnel et associatif, je propose des idées pouvant être utiles aux travaux légisatifs, notamment, dans les domaines des réformes judiciaires et d'accès au logement.

Je suis heureux aujourd’hui de travailler aux côtés d’une parlementaire impliquée, tant au plan national que local, et qui sur ce dernier, assume pleinement son rôle de trait d’union entre les citoyens de sa circonscription, les collectivités territoriales et l’Etat.